jeudi 24 novembre 2022

Thoughts about thoughts -- Pensées sur les pensées





 During the moment of rigpa, thought cannot arise, even if you try  to think, in the moment of rigpa. The thought has no real power, no real potency. It is said that when you are really in the continuity of rigpa, even the attempt to make a thought is unsuccessful. Once the continuity of rigpa fades, for sure you can start thinking....

In that way, the place a thought arise from is the state of awareness and the place it is freed or liberated is also the state of awareness, rigpa. That is exactly what is meant when saying, "Arising and liberation are ininterrupted." In order to practice like that, you must first have recognized rigp. 


Pendant l'instant de rigpa, la pensée ne peut apparaître, même si vous essayez de penser, à l'instant de rigpa. La pensée n'a pas de vrai pouvoir, pas de réelle puissance. On dit que lorsqu'on est dans la continuité véritable de rigpa, même la tentative de produire une pensée est vouée à l'échec. Une fois que la continuité de rigpa disparaît, pour sûr vous pouvez vous mettre à penser...

Ainsi, le lieu d'origine de la pensée est l'état de conscience éveillée et le lieu où elle est libérée est également l'état de conscience éveillée, rigpa. C'est exactement ce que signifie: "Emergence et libération sont ininterrompues." Afin de pratiquer ainsi, vous devez tout d'abord avoir reconnu rigpa.


Tulku Urgyen, Vajra heart revisited. 



dimanche 9 octobre 2022

Relax - Détente








Enlightenment is not some destination at which we arrive after following a path. Natural rigpa-Presence and self-manifesting, enlightened light-energies do not depend upon making and keeping sacred promises and commitments. Natural rigpa-Presence is not changed by our thoughts, words, or deeds. All wisdom-energies manifest naturally and automatically. The secret method to repair and preserve all sacred promises is to relax in natural rigpa-Presence.

L'éveil n'est pas quelque destination à laquelle nous devons parvenir après avoir suivi un chemin. Rigpa-présence naturelle, manifestation spontanée et les énergies de lumière éveillée ne dépendent pas du fait que nous faisons et que nous préservons des promesses et des engagements. Rigpa-présence naturelle n'est pas modifiée par nos pensées, nos paroles ou nos actions. Toutes les énergies de la sagesse se manifestent naturellement et automatiquement. La méthode secrète pour réparer et préserver toutes nos promesses sacrées consiste à se détendre en rigpa-présence naturelle.


James Low

mercredi 5 octobre 2022

Einstein, Bohr and dependant origination


Alain Aspect



The phenomenal world is just like dream. Phenomena appear solid, but they do not exist in the same way as they appear. There is no solid reality behind them; from the very beginning, they are empty of intrinsic existence. There is nothing but a dynamic stream of ever-changing, interdependent relationships.
(Shechen Rabjam)

The realists (Einstein) think that the world exists independently of the fact that we observe, that this world has properties... whereas Bohr convinced himself that we should renounce imagining that there is a world wiith all its properties and that the only thing that matters is the properties that we can observe... The Copenhague vision (bohr's and his folowers') state that there is what we can observe and nothing else.

(Alain Aspect, whose works have been nobelised on october the fourth 2022 have experimentally proved that Bohr was right, a view so close to the buddhist interdependant origination and emptines)




Le monde phénoménal est semblable à un rêve. Les phénomènes semblent solides mais il n'existent pas de la même manière qu'ils apparaissent. Il n'y a pas de réalité solide derrière eux; depuis le tout début, ils sont vides d'existence intrinsèque. Il n'y a rien d'autre qu'un flux dynamique de relations interdépendantes et toujours mouvantes.
(Shechen rabjam)

Les réalistes (Einstein) pensent que le monde existe indépendamment du fait que nous l'observons , que ce monde a des propriétés...tandis que Bohr s'est convaincu qu'il fallait renoncer à imaginer qu'il y a un monde avec toutes ses propriétés et que la seule chose qui compte, c'est les propriétés que l'on peut observer... La vision de Copenhague (de Bohr et ses élèves) affirme qu'il y a ce qu'on peut observer et rien d'autre.

(Alain Aspect, dont les travaux nobélisés le 04 10 2022 ont démontré expérimentalement que c'est Bohr qui avait vu juste, si proche de la notion bouddhiste de production interdépendante et de vacuité)

samedi 1 octobre 2022

the watchman - le gardien







Someone who has been captured with a hook has no option but to go wherever he is led. In the same way, if we catch hold of our mind – which risks being distracted by the objects of the six senses – with the hook of mindfulness, and with vigilance and carefulness, this will be of enormous benefit. We should use this watchman to constantly check all the positive or negative thoughts and actions we produce during the day. When we are able to control our minds through mindfulness, everything that appears in samsara and nirvana becomes an aid in our practice and serves to confirm the meaning of the teachings. All appearances are understood as being dharmakaya. We perceive everything in its natural purity, and there is nothing we can call impure.

Celui qui a été capturé avec un crochet n'a d'autre choix que d'aller là où on le traîne. De même, si nous attrapons notre esprit - qui risque d'être distrait par les objets des six sens - avec le crochet de la pleine conscience, vigilance et attention, ce sera extrêmement utile. Nous devons utiliser ce gardien pour être constamment attentifs à toutes les pensées et actions positives et négatives que nous produisons chaque jour. Lorsque par la pleine conscience, nous somme capables de contrôler notre esprit, tout ce qui apparaît dans le samsara comme dans le nirvana devient une aide dans notre pratique et permet de confirmer le sens des enseignements. Toutes les apparences sont comprise comme étant le dharmakaya. Nous percevons tout dans sa pureté naturelle et il n''est rien que nous puissions qualifier d'impur. 

Dilgo Khyentse

dimanche 14 août 2022

The inner Lama --- Le Lama intérieur






Since pure awareness of nowness is the real Buddha,
In openness and contentment, I found the Lama in my heart.
When we realize this, unending natural mind is the very nature of the Lama.
Then there is no need for attached, grasping or weeping prayers or artificial complaints.
By simply relaxing in this uncontrived, open and natural state,
We obtain the blessing of aimless self liberation of whatever arises.



Comme la pure conscience de l'instantanéité est le Bouddha véritable,
Dans l'ouverture et le lâcher-prise, j'ai découvert le Lama en mon coeur.
Lorsqu'on réalise cela, l'esprit naturel incessant est la nature-même du Lama.
Pas besoin alors de prières et de suppliques intéressées, avides ou sanglotantes, ni de complaintes artificielles.
En se détendant simplement dans cet état non entravé, ouvert et naturel,
L'on obtient la bénédiction de l'auto-libération sans objectif de tout ce qui apparaît.


Dudjom Jigdral Yeshe Dorje







jeudi 11 août 2022

Heart advice --- Conseil du coeur

 





The Heart Advice from the Tibetan meditation master Nyakla Jangchub Dorje: A Concise Teaching on Seeing, Deepening, Responding and Arriving according to Dzogpa Chenpo Kadak Trekchöd


KYE HO!

Dear children, listen closely!
What you call mind isn’t anything at all.
Allow your own mind to look at itself. Past thoughts are no longer here, the future thoughts are not yet here and whatever arises now is beyond reckoning.
Let all thoughts, the past, present and future, settle right now and in this moment, see how it is.
 If you see colors & shapes, this is a sign that you have wandered into the house of delusion. If you think “it’s nothing, there is nothing,” you are trapped in the numb empty state and the richness of your own nature will not emerge. 
You know, you can investigate and meditate for a hundred years and not be moving towards freedom. Great natural perfection is present awareness right now.
No thoughts & conditions. Clear & radiant, like the sky, this never changes.It is dharmakaya. The primordial clear & radiant awareness is unceasing in its splendor. It is sambhogakaya, the rapturous, The arising of all possible things, an ever-present vibration, it is nirmanakaya, the magical. 
Whatever and whenever something happens, don’t do anything with it. Let it settle by itself. Thoughts are fuel flaring up & toxic. Let them come and go. They will dissolve into space. Coming, going, no difference. When they come, look directly how they come, when they go; look directly how they go. It is exactly the same, no favorites, no choosing.
While eating, sitting, walking, standing, sleeping, talking, whatever you do, when you do it, look directly how you are. 
This is how ordinary beings become buddhas. Nothing is more direct than this, more profound than this teaching & for those who rely on this teaching, causes & conditions are gone.
This is the space. Just know this directly. Every experience is magical. The wisdom eye is now open clairvoyance. Now, here, your body is no longer solid. You can travel unrestrained. When death time will come and when your material and vital forces will break down, your elemental energies will transmute into the blessings of rainbow remains. Never changing, it will dissolve back into the primal state. Awareness settles back into space Dharmakaya, the primordial, and it activates all tangible dimensions, releasing enlightened activities bringing benefit to all who live wide as space itself. This is how it is. Now bountiful benefits will flow.

BE HAPPY! GEY-O!


This one page text in Tibetan, entitled Nyag bla byang chub rdo rje’i rdzogs pa chen po ka dag khregs chod lta sgom spyod ‘bras don mdor bsdus bstan pa, was translated by Steven Goodman, at the urging of Lama Wangdor, on 25 June 2005 in Oakland, California. Disciple of Nyag bla Padma bdud ‘dul, Nyag bla byang chub rdo rje, whose dates are sometimes given as 1838–1953, was the principal Dzogchen teacher of the contemporary master Chogyal Namkhai Norbu Rinpoche.
Republished with permission from Tibetan Literary Arts, curated by Marit Cranmer, published by Shang Shung Institute, Neilson Library, Smith College, May 2007.


Le conseil du coeur du maître de méditation tibétain Nyakla Jangchub Dorje: Un enseignement condensé sur la vue, l'approfondissement, la réactivité et l'émergence dans le cadre du Dzogchen Kadag Trekchöd.




KYE HO!

Cher enfant, écoute attentivement.
Ce que tu appelles esprit n'est absolument rien (de concret).
Laisse ton esprit s'observer lui-même. Les pensées passées ne sont plus ici, les pensées futures ne sont pas encore ici et tout ce qui apparaît maintenant est dépourvu de toute élaboration.
Laisse toutes les pensées passées, présentes et futures s'apaiser à l'instant-même et en ce moment, voit comment c'est. Si tu vois des couleurs et des formes, c'est le signe que tu t'es égaré dans le maison de l'illusion.
Si tu penses: "Ce n'est rien, il n'y a rien," tu es piégé dans l'état vide et insensible et la richesse de ta nature propre n'émergera pas. 
Tu sais, tu peux rechercher et méditer cent ans et ne pas avancer d'un pas vers la libération. Le grande perfection naturelle est la conscience présente en cet instant-même.
Pas de pensée ni de condition. Clair et rayonnant comme l'espace, ça ne change jamais. C'est le dharmakaya. La conscience primordiale claire et rayonnante est d'une splendeur incessante. C'est le sambhogakaya, la grande félicité. L'apparition de toutes les choses possibles, une vibration toujours présente, c'est le nirmanakaya, le magique.
Quoi qui apparaisse, à tout moment, ne réagis pas. Laisse cela se poser tout seul. Les pensées sont un carburant inflammable et toxique; laisse-les apparaître et s'en aller. Elles disparaîtront dans l'espace. Survenue, disparition, aucune différence.
Lorsqu'elles arrivent, regarde directement comment elles apparaissent et lorsqu'elles disparaissent, regarde directement comment elles le font. C'est exactement la même chose, tout est identique: ne privilégie pas, ne choisit pas.
En mangeant, en étant assis, en marchant, en étant debout, en dormant, en parlant, quoi que tu fasses regarde directement l'essence.
C'est ainsi que les êtres ordinaires deviennent des Bouddhas. Rien n'est plus direct que cela; rien n'est plus profond que cet enseignement et pour ceux qui le mettent en pratique, causes et conditions disparaîtront. 
Tel est l'espace. Connais seulement cela directement. Chaque expérience est magique. L'oeil de sagesse est maintenant clairvoyance ouverte. Maintenant, ici, ton corps n'est plus solide. Tu peux voyager sans contrainte. Au moment de la mort, lorsque tes forces matérielles et vitales se désagrègeront, tes énergies élémentales se transmuteront en une bénédiction de reliques arc-en-ciel. Immuable, il y a dissolution en l'état primordial. La conscience réintègre l'espace du dharmakaya, le primordial, et cela active toutes les dimensions concrètes, déployant les activités éveillées pour le bien de tous les êtres sensibles, aussi nombreux que l'espace est vaste. Il en est ainsi. Désormais, d'abondants bienfaits vont se répandre. 

REJOUIS TOI!  GEY HO!

Nyagla Jangchub Dorje

dimanche 3 juillet 2022

Essential instruction -- Instruction essentielle







When you experience the awakened openness state of mind, remain in it without dualistic thoughts. Don’t let your mind run after past thoughts or memories. Don’t invite future thoughts or dreams. Don’t grasp at any present thought. Just remain in the awakened state of loving-kindness free from concepts, as it is, where there is no root that produces any thought, and no foundation that provides any ground for thought to dwell. When the realisation of this awakened state is fully perfected, it will blossom as the omniscient wisdom with fivefold dimensionless dimension.


Lorsque tu fais l'expérience de l'état d'ouverture éveillée, demeure en cela sans aucune pensée dualiste. Ne laisse pas ton esprit courir après les pensées ou les souvenirs passés. N'invite pas les pensées ou les rêves futurs. Ne saisis aucune pensée présente. Demeure juste dans l'état éveillé d'amour-bonté dénué de concept, tel quel, dans lequel il n'est aucune racine qui produise la moindre pensée et aucune base qui fournisse un socle pour que la pensée perdure. Lorsque la réalisation de cet état éveillé sera totalement parachevée, elle s'épanouira en tant que sagesse omnisciente dotée de la quintuple dimension sans dimension.


Tulku Thondup 

mercredi 22 juin 2022

nothing special — rien de spécial







Openness/awareness is a state of not manufacturing anything; it is just being. There is a misunderstanding that awareness is enormous effort — as if you were trying to become an unusual species of animal. You think now you’re known as a meditator, so you should proceed in a special way to become a full-fledged meditator. That is the wrong attitude. One doesn’t try to hold oneself in the state of meditation, the state of awareness. One doesn’t try painfully to stick to it.

La conscience éveillée est un état où l'on ne fabrique rien; c'est juste être. Il existe une incompréhension [lorsqu'on croit] que l'éveil nécessite un effort énorme — comme si l'on essayait de devenir une espèce spéciale d'animal. On pense qu'on appartient à la catégorie des méditants et que de ce fait, il nous faut pratiquer d'une manière spéciale pour devenir un méditant à part entière. C'est l'attitude incorrecte. On ne doit pas essayer de se maintenir dans l'état de méditation, dans l'état d'éveil. Il n'y a pas à essayer douloureusement de s'y tenir.

Chogyam trungpa; The Path Is the Goal: A Basic Handbook of Buddhist Meditation, page 118

mardi 14 juin 2022

Memories with C. R. Lama (11): he is always with us -- Il est toujours avec nous

 





Twenty years ago exactly, on june 14th 2002, Chimed Rigdzin left his body, a weary body as I could perceive it, but on which he never complained, keeping permanently in this serenity of enlightened beings. At Belmont where I live, it was a very sunny day, the sky was totally blue, without any cloud. When I learned this news, I didn't feel any sadness, as I saw Rinpoche so weak and sick the last winter in India. I just told me that he was done with this weary body and that he couId now come back with a new fresh one. I had the feeling that anyway, he transmitted us much more than what we would only be able to use.

Another fact made that I didn't feel any sadness. On this morning of june 14th, bizarrely, I could feel Rinpoche's presence everywhere around me, ans particularily in this wide and pure blue sky. This reminded me the words of the praise to the three kayas lama that Rinpoche appreciated so much: " The unfabricated Guru, beyond any dualistic scheme, is the Dharmakaya." Clearly, Rinpoche was one with Dharmakaya, with this conscioussness as vast as the sky's space: this was obvious for me this day and the days that followed.

When I shared this experience with other students of Rinpoche, I realized that many had also some kinds of experiences, quite personnal and that I will not relate here, according to their own personnality and tendancies. 





Il y a 20 ans exactement, le 14 juin 2002, Chimé Rigdzin Rinpoche quitta son corps, un corps usé et faible à ce que j'en percevais, et sur lequel jamais il ne se plaignit, demeurant dans la sérénité propre aux êtres éveillés.. A Belmont où j'habite, c'était un jour d'été très ensoleillé, et le ciel était uniformément bleu, sans le moindre nuage. Lorsque j'appris la nouvelle, je ne ressentis pas la moindre tristesse, tant j'avais vu Rinpoche exténué et malade l'hiver précédent, lorsque je le vis pour la dernière fois. Je me dis juste qu'il en avait fini avec ce corps usé et qu'il pourrait reprendre maintenant un corps jeune et énergique. J'avais le sentiment que de toutes façons, il nous avait transmis tellement plus que ce que nous pourrions jamais pratiquer.

Une autre raison fit que je ne ressentis guère de tristesse. Dès le matin de ce 14 juin, je ressentais bizarrement la présence de Rinpoche partout autour de moi. Il était avec moi, sans aucun doute possible, et plus particulièrement en ce grand ciel bleu immaculé. Me revinrent alors les mots de la louange au Gourou aux trois kayas si chère à Rinpoche: "Le Gourou sans fabrication, au-delà de toute représentation ou schéma dualiste, est le dharmakaya. "  Clairement, Rinpoche était un avec le dharmakaya, un avec cette conscience vaste comme l'espace du ciel: cela m'apparut avec certitude ce jour-là et ceux qui suivirent.

Lorsque je partageai cette expérience avec d'autres apprentis de Rinpoche, beaucoup me racontèrent des expériences personnelles très particulières sur les heures ou les jours qui suivirent son départ. Je ne peux les livrer dans ce blog mais il est amusant de noter que chacun vécut quelque chose de spécial. Nombreux eurent des rêves, d'autres des expériences dans la nature ou concernant les éléments, toujours en fonction de leurs propres tendances ou aptitudes

dimanche 27 mars 2022

It's possible — C'est possible








Enlightenment is totally possible. It is as close as the air we breathe. But our habitual dualistic view that divides self from phenomena, and divides emptiness from clarity, and divides samsara from nirvana, is deeply established. Our main meditative task is to dis-establish that habit of impure perception and quit our habitual thought process of grasping, in favour of the non-dual pure perception of the enlightened view.

L'éveil est tout à fait possible. C'est aussi proche que l'air que nous respirons. Mais notre vue dualiste habituelle qui distingue le soi et les phénomènes, divise vacuité de clarté et sépare samsara et nirvana est profondément ancrée. Notre principale tâche méditative est de démanteler cette perception habituelle impure et d'abandonner notre processus de pensée habituel consistant à saisir, au profit de la perception non duelle pure de la vue éveillée. 


Dzongsar Khyentse

vendredi 18 février 2022

Tough students (memories with C. R. Lama-10) — Rudes élèves (Souvenirs d'avec C. R. Lama -10)







In the Rigpa Wiki, concerning C. R. Lama, one can read: "Since his retirement (from university) in 1987, Rinpoche regularly visited Europe, where he guided a small but devoted group of pupils." That's it. As I said in the last post, the connexion between C. R. Lama and his students was obvious and powerful and that is waht gave this devoted relationship. If there was not a huge quantity, there was the quality.

Many among his students were strong tempered, particularily the oldest ones. I remember that when he gave the Drolö initiation for the first time in Europe, Rinpoche invited Nathalie and I to come to London in order to receive it and we did not hesitate. The initiation took place in a small house. Just a few old disciples were there, James Low, Martin Boord, David Tibet, a studio musician who made C. R. Lama record an album of dharma songs. Nat and I were beginners at that time and we looked like two kids in a group of warriors from another era. After the initiation, we all went to have dinner in an oriental restaurant and this was an excellent time, a kind of family meeting with our old father.

Rinpoche appreciated these moments of friendliness. He never had his meals alone, apart from the group, but he always was in the middle of his people. During the retreats, after dinner, he invited a few of us to chat. He always had "his pillow below" some vermouth bottles that he offered us, as to warm the atmosphere, even if it was not really necessary. 

That said, all was not very comfortable in C. R. Lama's circle. Without any intent from him, our emotions were boosted as soon as we approached him. The situations made your most hidden emotions come out, your most infect tendancies were brought to light. Even if in Europe, the mandala was less volcanic than in Shantiniketan, the seismic tremors could be quite brutal. Like in all sanghas, jealousy was patent, anger too, with on top of that a dose of crazyness due to this collection of strong characters. I remember of a retreat in Ruffieu where one evening, at sunset, after the last puja was finished, in a field down the place,  I saw two guys frome the sangha fighting ,one with a cavalery sword and the other with a flaming torch, for a reason they never could really explain. Organizing the retreat, I had to deal with all intendancy and on top of that with the mood of eveyone there, including jeanousy of some who imagined I was manipulatiing and keeping Rinpoche for me, as if this was possible. But how could you manipulate a tiger..?

It is during this same retreat that one evening, I saw a strange man coming in a big black car. Very well dressed, some details were quite intriguing; for exemple, the knife he was hiding in one of his boots, or the machine pistol in the back of his car. This guy was a contract killer working for different secret service. He met C. R. Lama at a public talk and was immediately subjugated. He promissed Rinpoche to stop his non vertuous job, he received teachings and instructions and became one of his most devoted and respectful student.

Around C. R. Lama, social distinctions, professionnels issues, all was forgotten and it was easy to understant the egality of human beings, with the same delusion whatever their social status, their wealth, their origins, their defects, their past mistakes. C. R. Lama could see the potential of everyone and knew that our negative tendancies can be transformed. 
But of course, the transformation was not instant. I remember one of his students who told me about smoking: "I was smoking from a very young age and although I already thought and tried a few times to stop, it's only when I met Rinpoche that I really felt the necessity for that. But even then, it was too difficult. So I talked to him and he said he would help me, that I would definitely stop. But soon after he passed away. And some months after, one morning, I thought of him, I dropped my cigarettes and I never smoked one since. Finished!"

Concerning redemption, some tibetan people say that when C. R. Lama went back to Tibet in 1985, there was a difference of opinions between him and another high lama of the area, Khenpo Jigmed Phuntsog, about a possible forgiveness for the tibetans who helped chinese army during the slaughter of the cultural revolution. Khenpo Jigphun was inflexible with them wereas C. R. Lama accepted their confession and gave them instructions so they can practice Dharma.

So yes, C.R. Lama's sangha is quite special, with a strong sense of clan and family. Its still noticealbe today and if you go and spend some time in summer in Darnkow centre, after a day of practice, enjoying the evening with brother ans sisters near a campfire , with strong guys, eating, drinking and laughing, and proud dakinis, often more fearsome than their male homologs, is something that I keep in my best memories.  




Dans le Rigpa Wiki, on peut lire au chapitre C. R. Lama: "Après avoir pris sa retraite (de l'université) en 1987, Rinpoche a visité régulièrement l'Europe où il a guidé un groupe restreint mais fervent d'élèves".  C'est bien de cela qu'il s'agit. Comme je l'ai dit au chapitre précédent sur les connexions, le lien qui unissait C. R. Lama et ses élèves était patent et puissant, et c'est ce qui donnait cette ferveur à la relation. S'il n'y en avait pas une grosse quantité, il y avait la qualité.

Beaucoup de ses élèves étaient des gens de caractère, en particulier les plus anciens. Je me souviens que lorsqu'il donna pour la première fois en Europe l'initiation de Dorje Drolö, Rinpoche nous invita à venir à Londres, avec Nathalie, et nous ne nous fîmes pas prier. L'initiation eut lieu dans le séjour d'une petite maison de banlieue. Etaient là juste quelques vieux baroudeurs de la première heure comme James Low, Martin Boord, David Tibet, un musicien tatoué de la tête aux pieds qui avait fait enregistrer un disque 33 tours de chants dharmiques à C. R. Lama etc. Débutants dans le Dharma, avec Nathalie, nous avions l'air des deux enfants au milieu d'une bande de baroudeurs d'un autre temps. Après l'initiation, toute cette petite assemblée alla festoyer dans un restaurant oriental et ce fut un excellent moment, l'impression de retrouvailles en famille autour de notre vieux père.

Rinpoche appréciait beaucoup ces moments de convivialité. Il ne prenait jamais ses repas seul, à l'écart, mais était toujours au milieu de "ses gens." Lors des retraites, après diner, il invitait quelques uns d'entre nous pour discuter. Il avait toujours sous son lit des bouteilles de vermouth et il nous en servait généreusement afin de détendre l'atmosphère, même si c'était rarement nécessaire. 

Cela étant, tout n'était pas toujours confortable dans l'entourage de C. R. Lama. Sans que rien ne soit prémédité de sa part, les émotions étaient décuplées dès qu'on l'approchait. Les situations faisaient ressortir vos émotions les plus dissimulées, vos penchants les plus sordides apparaissaient au grand jour. Même si en Europe, le mandala était moins volcanique qu'à Shantiniketan, les secousses sismique pouvaient être violentes. La jalousie, comme dans toutes les sanghas, apparaissait au grand jour. La colère était également au rendez-vous, avec en prime une dose de folie inhérente à cet amalgame hétéroclite de fortes personnalités. Je me souviens d'une retraite à Ruffieu où un soir, après la dernière puja de la journée, alors que le soleil venait de se coucher, je vis dans un champ en contrebas deux énergumènes de la sangha se bagarrer à coup de sabre de cavalerie et de torche enflammée, pour une raison que ni l'un ni l'autre ne purent jamais expliquer. Organisateur de la retraite, je devais non seulement gérer l'intendance mais également ces humeurs des participants, avec en prime la jalousie de certains qui imaginaient que j'accaparais Rinpoche, comme si on pouvait le manipuler... Peut-on manipuler un tigre..? 

C'est au cours de la même retraite qu'un soir, je vis arriver un type un peu bizarre, dans une grosse berline allemande, noire. Impeccable dans son costume sombre, certains détails m'intriguaient; par exemple, le poignard qu'il avait glissé dans ses bottines, ou le pistolet mitrailleur dans le coffre de sa voiture. En fait, ce personnage était un tueur à gage travaillant pour différents services secrets qui avait rencontré Rinpoche lors d'une conférence et avait été subjugué par sa présence. Il promit à Rinpoche d'arrêter son activité peu recommandable, reçut instructions et enseignements et devint l'un de ses plus fervents élèves. 

Autour de lui, on oubliait les classes sociales, les soucis professionnels, et il était facile de comprendre l'égalité des êtres humains, égarés de la même manière quel que soit leur statut social, leur richesse, leurs aptitudes intellectuelles ou leur pouvoir. Peu importaient votre passé, vos origines, vos défauts, vos erreurs passées, C. R. Lama savait voir le potentiel de chacun et savait que nos tendances négatives pouvaient être transformées. 
Mais bien sûr, la transformation n'était pas forcément immédiate. Un se ses disciples me racontait un jour comment Rinpoche l'aida à arrêter de fumer. "Je fumais depuis très jeune et bien que j'aie parfois pensé à arrêter, ce n'est qu'auprès de Rinpoche que j'en ai vraiment  éprouvé la nécessité. Mais même alors, c'était trop difficile. Alors je suis allé le voir et il m'a dit de ne pas m'inquiéter et qu'il allait m'aider, que j'allais arrêter. Mais peu après,il est mort. Et quelques mois après, un matin, j'ai pensé à lui, j'ai jeté mon paquet de cigarettes, et je n'en ai plus jamais fumé, terminé!"

A propos de rédemption, on raconte d'ailleurs que lorsque Rinpoche retourna pour la première fois dans le Kham en 1985, un différend l'opposa à un autre grand lama de la région, Khenpo Jigmed Phuntsog, à propos d'un possible pardon pour les tibétains qui avaient collaboré avec les chinois lors des massacres de la révolution culturelle. Khenpo Jigphun était intransigeant à leur égard alors que C. R. Lama acceptait leur confession et leur donnait à nouveau des  instructions pour qu'ils pratiquent le Dharma.

Ainsi donc, la sangha de C. R. Lama est-elle assez particulière, avec un caractère clanique et familial marqué. Par exemple, passer l'été au monastère de Darnkow en Pologne, c'est retrouver une bande de frères et soeurs et après une journée de pratique, la soirée autour d'un feu de camp, en compagnie de solides gaillards, rockers, buveurs, ripailleurs et de dames de caractère, des pèma dakinis souvent plus redoutables que leurs homologues masculins, font partie de mes plus excellents souvenirs. 

jeudi 3 février 2022

strong connexions (Memories with C. R. Lama — 9) — fortes connexions (Souvenirs d'avec C. R. Lama — 9)







For those who could have doubts concerning karma and especially karmic connexions, to look at C. R. Lama's students, how they became his students (or not) etc. is quite instructing. When he was asked why he would come to Europe, Rinpoche used to say: "To meet my people". His people were those who had a karmic link with him. They could come from all kinds of backgrounds but all were strong tempered guys. If asked, most of them describe something special they felt at their first meeting, from the first glance, a kind of  predestination.

Nathalie, my wife, saw him for the first time as a photo on a flyer advertising a talk that he would make in Geneva. She was not much attracted by religion or spirituality at that time but as soon as she saw his picture, she wrote the adress and went to the talk; and from the begining, Rinpoche had a special care for her. She told me: "If he had been sufi, I would have become sufi; if he had been hindou, I would have adopted hinduism." A good friend of mine, no more attracted by spirituality than nathalie in the beginning, told me: "As soon I saw him, I knew this man knew everything about me and that he could everything for me." He often says: "I'm not buddhist, I'm C. R. Lamist." 

So among his students, many had no special attraction for spirituality or religion but were like magnetized by C. R. Lama. These were people met during his trips, "at random" it might seem. All kind of people, from the university teacher to the nightclub bouncer, from the studio musician to the contract killer, from the lost homeless guy to the rich heir or the member of french parliament. 

If you had this connexion, there was nothing to do but adhere but if you didn't have it, no chance for you to stay very long. From one way or another, circumstances around the character would dissuade you to go on this relationship. C. R. Lama never tried to please. To develop a huge sangha was not in his agenda. He had no agenda. He didn't make any effort to dress well, to look "holy", to say inspiring things with a serene voice; he was totally natural. When I met him, we talked about everything and he was partiularily talking about his swiss girlfriend : "xxxx this; xxxx that." Sometimes in a quite crude way, for example saying she made him young and strong again etc. As I was a doctor, I also had special details, especially at breakfast. Our talk often looked like that:

"Good morning Rinpoche. Did you sleep well?

"Good morning. Yes. What dreams this night?

"Oh nothing special. And you?

"Oh same, nonsense. Ah, this morning I made very thin shits, thin like spaguettis.

"Oh, good Rinpoche.

And of course, no compromise. I remember that time when C. R. Lama needed money to build his monastery near Siliguri. At that time, Nathalie was practicing yoga with an hindu master and among the students of this master, she became good friend with a very rich woman. Being told many times about Rinpoche, one day when he was at our home, this lady wished to meet him. When I knew that, I thought: "If these two match, it's not one but two monasteries that Rinpoche will be able to build." Unfortunately for my wish, it did not happen like that; as soon as the lady came in, Rinpoche told her roughly all he saw and thought about her; how her money made her proud, how her interest for spirituality was just a lie just to fool people and herself and inflate her ego etc. After a few minutes, she ran out crying, and of course, she never met him again. 

But another story comes to my mind, concerning a friend with whom I studied chinese medicine and who attended the first french retreats with C. R. Lama. I lost sight of him for a long time after that and he did not know about Rinpoche's passing. We met again in Lyon when Tulku Ugryen, Rinpoche's son, gave a Drolö empowerment. When I told him that Rinpoche passed away on 14th of june 2002, he told me: "Oh I remember this day very well. It's my daughter's birth date. That very date, I cried all day long. I didn't know why. All day long, tears fell from my eyes. I thought that I was moved because of my daughter's birthday... But now I know why I was crying."



Pour ceux qui pourraient avoir des doutes sur la réalité du karma et plus particulièrement des liens karmiques, observer les élèves de C. R. Lama et comment ils le sont devenus (ou pas) est très édifiant. Lorsqu'on demandait à C. R. Lama pourquoi il venait en Europe, il répondait le plus souvent: "Pour retrouver mes gens." Ses gens, c'étaient ceux qui lui étaient karmiquement liés. C'étaient des gens de tous milieux, mais souvent dotés d'une forte personnalité, et qui, si on les interrogeait, vous décrivaient tous quelque chose de particulier qu'ils avaient ressenti dès la première rencontre, dès le premier regard, une sorte de coup de foudre, de prédestination.

Nathalie ma compagne le vit pour la première fois en photo sur un flyer annonçant une de ses conférences à Genève. Elle n'était pas du tout attirée par les religions mais au premier coup d'oeil, elle nota l'adresse et se rendit à la dite conférence et dès le début, Rinpoche eut pour elle une attention qu'il n'avait pas avec le curieux de passage. Elle me dit: "Il aurait été soufi, je me serait faite soufie. Il aurait été hindou, j'aurais embrassé l'hindouisme." Un autre ami, pas du tout enclin à la spiritualité à l'époque, me raconta que dès qu'il le vit, il sut que cet homme savait tout de lui et pouvait tout pour lui. Depuis, il déclare souvent: "Je ne suis pas bouddhiste, non non, je suis C.R.Lamiste."

Parmi ses élèves, beaucoup n'avaient ainsi aucune inclination particulière pour la religion ou la spiritualité mais ont été attirés, magnétisés par C. R. Lama. C'étaient des gens rencontrés au cours de ses voyages, "au hasard" semblerait-il. C'étaient des gens de tous milieux, de toutes professions, du professeur d'université au videur de boite de nuit, du musicien de studio au tueur à gage, du paumé en voie de clochardisation à la riche héritière de bonne famille ou au député.  

Si vous aviez cette connexion, vous ne pouviez faire autrement qu'adhérer, mais si vous ne l'aviez pas, vous n'aviez aucune chance de tenir très longtemps. D'une manière ou d'une autre, les circonstances autour du personnage vous dissuadaient de poursuivre la relation.  C. R. Lama n'a jamais cherché à plaire. Développer une sangha importante ne faisait pas partie de ses préoccupations. Il était toujours naturel. Il ne faisait aucun effort pour bien s'habiller, pour avoir l'air "saint", pour avoir l'air spirituel, pour dire des choses inspirantes, pour avoir un ton docte ou serein. Il était totalement naturel. Quand  je l'ai rencontré, la première soirée, nous avons bavardé sur tout et il parlait beaucoup de sa petite amie suisse; "XXXX ceci, XXXX cela.", parfois en termes très crus, par exemple sur le fait qu'elle revivifiait sa masculinité et lui redonnait de la verdeur. Comme j'étais médecin, j'avais aussi souvent droit à des détails particuliers, en particulier au petit déjeuner. La conversation pouvait ressembler souvent à ça: 

"Bonjour Rinpoche. Bien dormi?"

"Bonjour. Oui. Tu as fait des beaux rêvesi?

"Oh. rien de bien spécial. Et vous? 

"Oh pareil. Ah, ce matin j'ai fait des crottes fines et longues comme des spaguettis."

"Ah. Bien Rinpoche."

Et bien sûr, aucune compromission. Je me souviens de l'époque où C. R. Lama avait besoin d'argent pour construire son monastère près de Siliguri. A cette époque, Nathalie faisait du  yoga avec un maître hindou et parmi les élèves de ce yogi, elle était devenue amie avec une dame très riche. A force d'entendre parler de Rinpoche, cette dame eut envie de le rencontrer. Lorsque j'appris cela, je me dis: "Si ça fonctionne entre ces deux là, ce n'est pas un mais deux monastères que Rinpoche pourra construire." Malheureusement, ça ne se passa pas du tout comme je l'espérais. A peine entrée dans la pièce, Rinpoche lui dit crument ses quatre vérités, comment sa richesse l'avait rendue imbue d'elle-même, comment son intérêt pour la spiritualité n'était qu'une façade et n'aboutissait qu'à une hypertrophie de son ego etc. La dame sortit de l'entretien en larmes et bien sûr ne le revit jamais.  

Mais une autre histoire me revient, à propos d'un ami avec qui j'avais étudié la médecine chinoise et qui avait participé aux premières retraites avec C.R. Lama en France. Nous nous étions perdus de vue ensuite et il n'était pas au courant du décès de Rinpoche lorsque je le revis, pour une initiation de Dorje Drolö donnée par Tulku Urgyen, le fils de Rinpoche. Lorsque je lui appris la mauvaise nouvelle du 14 juin 2002, il me dit: "Oh, je me rappelle très bien de ce jour. C'est le jour de l'anniversaire de ma fille. J'ai pleuré toute la journée. Je ne savais pas pourquoi. Toute la journée, des larmes sortaient des mes yeux. Je croyais que c'était parce que c'était l'anniversaire de ma fille, que j'étais ému. Maintenant, je comprend pourquoi je pleurais."




jeudi 27 janvier 2022

special abilities (memories with C. R. Lama) 8 — capacités spéciales (Souvenirs d'avec C. R. Lama) 8

 


Chimed Rigdzin and Dodrupchen Rinpoches


As many great lamas, C. R. Lama was a healer. I could witness that many times. He always had a bag with some tibetan pills that he gave to sick people when necessary. He blew on them before giving as a special blessing. It is clear that the effect was depending on the quality of trust and faith of the sick person. And that is why it's in India and particularily in Sikkhim that I could see the most spectacular phenomena.

Among these cases, one is the Dodrupchen Rinpoche's consort. Dodrupchen Rinpoche was a good friend of C. R. Lama. In kham Dodrupchen monastery and Chukchung monastery, the biggest Jangter monastery related to the Khordong terchens in the area,  are very close. Nüden Dorje himself was a disciple of the first Dodrupchen Jigme Trinle Ozer. C.R.L. often visited D.R. when he was staying in Gangtok. Once, when we went to Chorten Gompa, D. R. was not there so we were welcome by his consort Khandro Pema Dechen. While they were chating, she complained about different health problems and asked Rinpoche to bless a bottle of water. A few weeks after, we came again and as soon as Rinpoche sat, many servants came with big water cans that he had to bless as Khandro was so satisfied by the first bottle. Rinpoche told me: "You see how these people are faithfull. That's her trust that cured her." I also remember of a women from a village on the road wha had a kidney cancer that Rinpoche cured.

In Switzerland, a close disciple had also a cancer and had to have surgery quickly. Rinpoche told him not to worry. It should be fine. He said: "Don't worry, I'll send my cat."He explained to us that before he left Tibet for India, his master Tulku Tsullo assigned him two protectors. One was quite awakened and used for Dharma issues, and the other was more wordly and used for these more wordly purposes. The surgery went fine and our friend was cured. After the surgery, Rinpoche said:" Everything went fine but my cat came back in very bad shape." This friend is still in good health nowadays, thirty years after this surgery.

On top of that, as often in ngagpas tradition, C. R. Lama had the ability to heal the elements so the climate. We can find some clues in his foreword of the Butterlamps prayer. He explains that after leaving Tibet, he went to Tso Pema to make a three years retreat and there, the King of Zahor asked him for some help for the drought that was occuring on the country. So Rinpoche did the job, rain falled and the king provided then all what he needed. One of his sons told me: "He was with Amala at this time et she too found that situation very comfortable, getting from the king everything to make a living. She would even have stayed there for more than 3 years but Rinpoche foresaw that Amala's mother was about to die so he managed ton convince her to travel back to Sikkhim and she could meet her mother just before she passed away. Many accounts witness that in Tibet too, C.R. Lama helped people by stopping hailstorms that were threatening harvests. 

So Rinpoche was also able to stop rain and hailstorm. Many times, when it was about to rain and that it was important that we can stay a little more outside, he was doing a kind of gesture and a clear circle appeared in the dark sky above our heads, just the time to finish what we were doing. He also had mastery on the wind and he transmitted some prayers and even a mantra that he composed himself to some of his students for these purposes. But once again, he was reluctant to use these abilities for personnal purpose. Tulku Migmed once told me that when he was a child, his father Rinpoche brought all the family to Bhutan for pilgrimage. While they were walking on the way to Paro Taktsang, a storm came and rain began to fall. Amala asked Rinpoche to stop the rain so that their kids won't get wet but he refused. But after some time, he noticed that water was begining to wet the texts that were carried by a mule so then he did what was necessary and the rain stopped. 

The last thing to mention is the ability for rainbows to appear around C. R. Lama. In eastern Tibet, he was called the rainbow lama. Whe he consecrated the Serta Stupa, in Kham, many rainbows appeared while a katag he threw in the air stayed in levitation above the stupa during the whole ceremony. I remember the first time I went to Darnkow center in Poland after Rinpoche's passing. It was a very long trip from France and when I reached the gompa (that I saw for the first time), a double rainbow appreared just above it, what I believe was a welcome sign from my teacher. At that moment, all the weariness of the trip disappeared as if by magic. 

We could talk a lot about C. R. Lama's 'special' powers. All those were just epiphenomena attesting his deep realisation. When all is really lived as a dream, without any intrinsic existence, without any solidity, what looks supernatural, becomes just obvious and spontaneous. As Tulku Urgyen said talking about Milarepa's ability to freely traverse through solid rocks and mountains: "When we have attained stability with the wisdom of all the Buddhas, as a sign that the elements are primordially nonexistent, we can traverse freely through everything."



Comme beaucoup de grands lamas, C. R. Lama était un guérisseur. Je pus le constater à de nombreuses reprises. Il avait toujours avec lui des pilules à base de plantes indo-tibétaines qu'il prodiguait lors des entretiens et des demandes de personnes malades. Il ne manquait jamais de souffler dessus en guise de bénédiction avant de les remettre au malade. Il est clair que l'effet était proportionnel au degré de confiance/foi que la personne lui portait. Et c'est pour cela que c'est en Inde et au Sikkhim plus particulièrement que je pus constater les phénomènes les plus spectaculaires. 

Parmi ces cas, il y eut celui de la parèdre de Dodrupchen Rinpoche, Lama très ami avec Chimed Rigdzin. Au Kham, le monastère de Dodrupchen et celui de Shukchung, lié aux Khordong Terchens, et principal centre Jangter de la région, ne sont séparés que de quelques kilomètres. Nüden Dorje fut un disciple proche du premier Dodrupchen, Jigmé Trinlé Özer. CRL allait souvent rendre visite à D.R. lorsqu'il passait par Gangtok. Une année, lorsque nous nous rendîmes à Chorten Gompa, D. R. n'était pas là et nous fûmes accueillis par Khandro Pema Dechen sa compagne. Au cours de la conversation, elle se plaignit de différents problèmes de santé et demanda à Rinpoche de bénir une bouteille d'eau pour la soulager. Quelques semaines plus tard, lors d'une nouvelle visite, à peine Rinpoche s'était assis que de nombreux serviteurs amenaient de gros bidons d'eau que Rinpoche dut bénir de même, tant Khandro avait été soulagée par la première bouteille. Rinpoche me dit; "Tu vois, les gens d'ici ont la foi. C'est ça qui l'a guérie." Je me souviens également d'une villageoise du Sikkhim souffrant d'un cancer du rein à un stade avancé que Rinpoche avait guérie avec quelques pilules. 

En Suisse, un disciple proche atteint d'un cancer devait être opéré rapidement. Rinpoche le rassura: "Ne t'inquiète pas, je vais envoyer mon chat." lui dit-il. Il nous expliqua qu'avant de quitter son monastère pour rejoindre l'Inde, son maître Tulku Tsullo lui avait assigné deux protecteurs personnels: un relativement éveillé, pour les problèmes dharmiques, et un autre, plutôt mondain, qu'il appelait son chat, et qu'il envoyait aider les autres lorsque ça s'avérait nécessaire. L'opération se passa très bien et notre ami fut guéri. Après coup, Rinpoche déclara: "Tout s'est bien passé, mais mon chat est revenu en piteux état." Cet ami est toujours en bonne santé aujourd'hui, trente ans après cette opération. 

D'autre part, comme c'est souvent le cas dans la tradition des ngagpas, C. R. Lama avait cette capacité à guérir les éléments et donc le climat. On en trouve un indice dans sa préface de la Prière des Lampes à Beurre. Il explique comment, après avoir quitté le Tibet et alors qu'il faisait une retraite de trois ans à Tso Pèma,  le roi de Zahor lui demanda de l'aide pour faire cesser la sécheresse qui sévissait sur la région. Chimed Rigdzin fit donc tomber la pluie ce qui lui valut les grâces du roi qui dès lors pourvut à tout ce dont il avait besoin pour sa retraite. Un de ses fils me racontait à ce propos. "Il était avec Amala et elle aussi trouvait ça très bien; ils étaient logés très confortablement, elle avait tout ce qu'elle voulait pour les repas etc "aux frais de la princesse". Elle serait bien restée là-bas plus longtemps mais un jour, Rinpoche vit qu'à l'autre bout de l'Inde, au Sikkhim, la mère d'Amala vivait ses derniers jours. Il insista pour qu'ils retournent la voir, ce qu'elle fit presque à regret. Elle put ainsi revoir sa mère juste avant qu'elle ne décède." De nombreux récits témoignent également de ce qu'il fit au Tibet pour éviter que des orages de grêle ne détruisent les récoltes etc.

Rinpoche était capable de faire tomber la pluie, il était aussi capable de l'arrêter. Plusieurs fois, lorsque la pluie menaçait et qu'il était important que nous puissions rester dehors encore un peu, il faisait un geste et un cercle clair apparaissait dans le ciel sombre et menaçant au-dessus de nos têtes, le temps qu'il faut pour finir ce que nous avions entrepris. Il maîtrisait aussi le vent et il a transmis à certains de ses élèves des prières et même un mantra pour maîtriser les éléments climatiques. Mais encore une fois, il évitait de se servir de ce pouvoir si ça n'était pas important. Tulku Migmé me racontait qu'une fois, Rinpoche fit un voyage au Bhoutan avec toute sa famille. Alors qu'ils étaient en train de monter à pied vers Paro Taktsang, un orage éclata. Amala demanda à Rinpoche de faire cesser la pluie pour que les enfants ne soient pas mouillés mais il refusa. Cependant, au bout d'un moment, il vit que les textes qu'il transportait sur une mule commençaient à se mouiller. Là, il fit le nécessaire et en quelques instants, la pluie s'arrêta. 

Enfin, il faut signaler la propension de C. R. Lama  à être accompagné par les arcs en ciel. Au Tibet, il était appelé le lama aux arcs en ciel tant ils apparaissaient en sa présence. Dans les années 80, lors de la consécration du stupa de Serta, dans le Kham, de nombreux arcs-en-ciel apparurent alors qu'une katag qu'il avait lancée en l'air resta en lévitation au-dessus du stupa pendant toute la durée de la cérémonie. Je me souviens que la première fois que je me rendis au monastère de Darnkow (Pologne) après la mort de Rinpoche, en arrivant après une longue route, un double arc-en-ciel apparut juste au-dessus du monastère, sans aucun doute un message de bienvenue de la part de mon maître. A cet instant, toute la fatigue du voyage disparut comme par enchantement. 

Il y aurait beaucoup à dire sur les pouvoirs "paranormaux" de C. R. Lama. Tout cela n'était qu' épiphénomènes témoignant de sa profonde réalisation de la vacuité. Quand tout est réellement vécu comme onirique, sans aucune existence intrinsèque, sans aucune solidité, ce qui paraît surnaturel devient juste évidence spontanée. Comme le disait Tulku Urgyen à propos de Milarepa qui pouvait traverser librement les rochers et les montagnes: "Lorsque nous avons acquis la stabilité en la sagesse de tous les Bouddhas, le signe que les éléments sont primordialement non-existants est que nous pouvons traverser librement n'importe quoi."




 

 


 

lundi 24 janvier 2022

Big Rigdzin (Memories with C. R. Lama- 7) — Grande Rigdzin (Souvenirs d'avec C. R. Lama)- 7





The Big Rigdzin is without doubt the crown jewel of the spiritual legacy of Chimed Rigdzin Rinpoche. He never forgot to remind us how powerful this practice is. Sometimes, it happened that I was attracted by other texts but he would always tell me: "Oh yes, it's good. But Big Rigdzin more powerful." In the beginning, I thought he was advertising for his own interests but going deeper and deeper in the understanding of this text and as I received more and more instructions on trekchöd practice, I realized how right he was. On top of that, the lineage is as short as possible, as Chimed Rigdzin received direct transmissions from Guru Rinpoche (see the introduction), and he was the first holder allowed to spread it widely, so it kept all the freshness of its blessing power. Rinpoche told us concerning that: "The blessings of a text weaken with time, like alcool that disappears in a glass in open air. That's why new termas are more powerful."

This practice clearly takes roots in Dzogchen view. Once, I asked C. R. Lama where in the text should  I stop if I wanted to meditate silently. He answered: "One should think it is after the mantra recitation, but not at all. We stop after the guru yoga (Kyab Dag Kou Zhi wangchuk Dorje Chang...). And we continue witn the self liberation verses from the Leu dunma, from Namkhaï Nyingpo's prayer.

This reminds me our first retreat with C. R. Lama. He told us about Namkha'i Nyingpo. It was a silent retreat and we were especially focusing on Big Rigdzin. From time to time, he stopped the puja and explained what we just chanted. He told us about the context when these verses were written. Concerning the meditation of impermanence, (Om ah Hung Maha Guru sarwa Siddhi Hung...) he said: "Padmasambhava and we all the 25 disciples were at Samye Chimpu (cave above Samye monastery). Yeshe Tsogyal miraculously prepared the tsog, instantly, and after the tsog offering, Namkhai Nyingpo said the first four stanzas. He was solid guy, little small, with his monk's robes, a face like this (he made a kind of pout). After he finished, Guru Rinpoche answered and it's the fifth stanza. He showed us our mind. We he finished, we the 25, we all had realized emptiness." He was remembering perfectly this moment that he lived as Khyechung Lotsawa many centuries ago. 

Many times when we were in retreat, during the big Rigdzin, Rinpoche had visions of Padmasambhava, Yeshe Tsogyal etc. Once the puja was finished, while having tea or at dinner, he was saying: "Did you see? Padmasambhava came this afternoon. He stayed a bit and then left in this direction." It was like if he was talking of someone he met in the street in the afternoon. Once, he told us that when he was still a teenager, in Tibet, Yeshe tsogyal appeared and told him his duty was to spread this practice in the four directions. He said:" At that time, I thought she meant the four directions of Tibet. But nowadays, I realize I transmitted it all around the world, froma USA to Australia, from Island to Spain etc."

So no matter what kind of retreat we were making with him, practising Big Rigdzin was compulsary. From the Kyab Nae Lume introductory prayer, we entered together in a rather different atmosphere, a different environment. Many students said that they felt like coming back home. Many students felt something special and became linked with C. R. Lama just by chanting the Big Rigdzin with him and now that he's not physically accessible, group practicing this sadhana is in my experience one of the best ways to refresh the connexion between him and us and to feel his presence and his blessings.

For french readers, there are more details about the big Rigdzin on this blog at: http://khordong.blogspot.com/2010/06/la-sadhana-du-gourou-vidyadhara-grande.html . And of course you have James Low's book, a commentary of this sadhana: "Being Guru Rinpoche.". 



 La grande Rigdzin constitue sans conteste le joyau de la couronne du testament spirituel de Chimed Rigdzin Rinpoche. Il ne manquait jamais de souligner à quel point cette pratique est puissante. Il m'est arrivé de trouver telle ou telle pratique remarquable mais lorsque je lui en parlais, il me disait toujours: "Oh oui, c'est bien, mais la grande Rigdzin est plus puissante. " Au début, je pensais qu'il faisait de la pub pour sa paroisse mais plus j'allai en profondeur dans la compréhension des enseignements, en particulier des enseignements et des instructions dzogchen, et plus je me rendis compte combien il avait raison. De plus, la lignée est on ne peut plus courte puisqu'il a reçu personnellement la transmission de Padmasambhava, comme c'est mentionné au début du texte, et qu'il est le premier à avoir été autorisé à le diffuser largement. Tout cela a permis de conserver toute la fraîcheur des bénédictions que porte cette pratique. Il nous disait à ce propos: "Les bénédictions d'un texte s'affaiblissent avec le temps, comme l'alcool disparaît dans un verre à l'air libre. C'est pour cela que les nouveaux ters sont plus puissants." 

Cette pratique s'enracine clairement dans la vue dzogchen. Une fois, je lui demandai à quel endroit je devrais m'arrêter si je voulais méditer en silence. Il me répondit: "On aurait tendance à penser que c'est après la récitation du mantra mais pas du tout. Ce n'est pas à cet endroit que je m'arrêterais. Ici, on s'arrête après le guru yoga (Kyab Dag Kou Zhi Wangchug Dorje Chang ...). Et on reprend ensuite avec les vers de l'auto-libération tirés de la prière en sept chapitres, plus particulièrement de la supplique de Namkhai Nyingpo. "

Cela me rappelle que lors de notre première retraite avec C. R. Lama, il nous avait parlé de Namkhai Nyingpo. C'était une retraite en silence où nous faisions en particulier la grande Rigdzin. Quand il le jugeait nécessaire, Rinpoche arrêtait la pratique et enseignait sur le point où nous en étions. Il nous parla entre autres du contexte qui servit de base à certains passages que nous chantons dans la puja. Lors de la "méditation sur l'impermanence" (Om Ah Hung Maha Guru Sarwa Siddhi Hung...), il nous dit: "Padmasambhava et nous tous, les vingt cinq, nous étions dans la grotte au dessus de Samyé. Yeshe Tsogyal prépara le tsog d'un claquement de doigts, miraculeusement, et Namkhai Nyingpo prit la parole et dit les quatre premières suppliques. C'était un moine râblé, assez petit, avec ses robes monastiques, l'air un peu renfrogné (il fit un genre de moue). Quand il eut terminé, Guru Rinpoche répondit (cinquième strophe, la plus longue.) Ce fut l'introduction. A la fin de son chant, tous les 25, nous avions réalisé la vacuité." Il se souvenait parfaitement de cet événement qu'il avait vécu dans la peau de Khyechung Lotsawa de nombreux siècles plus tôt. 

A de nombreuses reprises au cours de la pratique de la grande Rigdzin, Rinpoche eut des visions de Padmasambhava ou de Yeshe Tsogyal. Une fois tout cela fini, autour d'un thé ou au dîner, il nous disait: "Tu as vu? Padmasambhava est venu pendant la puja. Il est resté un moment puis est reparti dans cette direction." C'était comme s'il vous parlait de quelqu'un qu'il avait rencontré dans la rue quelques heures auparavant. Une fois, il nous raconta qu'adolescent, il eut une vision de Yeshe Tsogyal qui le priait de répandre cette pratique dans les quatre directions. Il nous dit: "A cette époque, je pensais qu'elle voulait dire aux quatre coins du Tibet mais aujourd'hui, je réalise que j'ai transmis cette pratique dans le monde entier, de l'Australie aux USA, d'Islande à l'Espagne etc."

Aussi peu importait quel était le thème de la retraite que nous faisions avec lui, la pratique de la Grande Rigdzin était obligatoire. Dès la prière d'introduction 'Kyab Nae Lu Mé....', nous entrions ensemble dans un environnement différent, une atmosphère différente. De nombreux élèves ont rapporté qu'ils se sentaient alors comme s'ils revenaient à la maison. Beaucoup d'élèves ressentaient des choses spéciales et se sentaient liés à C. R. Lama juste en chantant la Grande Rigdzin avec lui et maintenant qu'il n'est plus physiquement accessible, pratiquer cette sadhana est dans mon expérience l'un des meilleurs moyens pour rafraîchir la connexion avec lui et ressentir sa présence et ses bénédictions.

Pour les lecteurs français, plus de détails sur ce blog ici: http://khordong.blogspot.com/2010/06/la-sadhana-du-gourou-vidyadhara-grande.html  Et puis bien sûr, le commentaire de James Low "Dans le Mandala de Padmasambhava", 290 pages, est disponible en français sur demande. 









jeudi 20 janvier 2022

non conventional teachings (memories with CRL) (6) — enseignements non conventionnels (souvenirs d'avec CRL) (6)



.....comme ce cristal est transparent (Zangthal), il est non voilé, non obscurci. De même, la nature de rigpa dharmakaya est pure, non souillée par vices et vertus et leurs empreintes...
... as this cristal is transparent (zangthal), it is not obscured. In the same way, rigpa dharmakaya's nature is pure, unspoiled by sins or virtues and their prints...(Gongpa Zangthal Triyig)




C. R. Lama's teachings were like the character: unpredictable. Of course, all what he did and told was teaching. He could make you laugh, scare you, frighten you, seduce you, shock you, seem to be chatting with you, if you managed to receive all that honestly, to ask yourself the right questions, all that was meaningful in the perspective of spiritual progress, that is to say the attempt to go over ordinary mind, work on our omnipotent ego.

He would even laugh at himself concerning teaching. When it was time to begin, he often said: "Ah! It's time for my blabla teachings." It was particularily the case for public talks. Whatever the subject was, he could talk about anything and everything. I remember a talk in the eminent french university of La Sorbonne. He freely talked about his life, his girlfriend, his childhood in Tibet, the problems with the Dalaï Lama's government at that time etc. Once half the people had left, and especially the french 'specialist' of Tibetan medicine, he began to talk about Tibetan medicine.

He was clearly distinguishing between the teachings 'about', talking during hours about kind of dharmic subjects, the blabla of which nothing remains the next day, and the instructions, that he most often gave very concise. As he didn't tell you how important the instruction he was giving you was, it was your duty to keep vigilant in order not to miss the pearl he was offering you. Personnally, he told me several times: "Meditate on impermanence; by doing so, you will understand emptiness; emptiness is impremanence's nectar." Dumb as I was, he had to tell me that a few times before I understood it was so important. 35 years after, I'm still working on it, at an outer level (impermanence and emptiness of the outer world), an inner level (impermanence of the body and body feelings) and a secret level (impermanence of thoughts and emotions leading to this fresh presence, immediate reality).

I can witness that when someone really needed help for Dharma, Rinpoche's diligence and generosity had no equal.  A few years after receiving these instructions, after spending some time in retreat in Tashiding, I went back to Rinpoche near Siliguri and explained to him that something happened up there and that I was beginning to see more clearly about emptiness of outer phenomena, but it was still tough with emptiness of the subject. He listened to me and said nothing then we talked about other things. Some months later, during his european tour, he came to spend some time in our home. The first thing he did when he arrived was to offer me Dudjom Lingpa's book called Nangjang, that is dealing with emptiness and the dzogchen view. He told me: "You told me that you were still difficult with emptiness, this book will help." The next days, he gave Gudrun, Nathalie and I the reading transmission (lung) of the text. I even didn't have to ask him for anything. Another time, Gudrun, Olivier and I had the opportunity to go to Bhutan for Dilgo Khyentse's cremation. Before going, while we were at Rinpoche's home, he gave us a list of all the sacred places we should visit in Bhutan. And as we planned to practice Dorje Drolö there, especially in Paro Taktsang but Olivier never received the initiation, he gave it just for Gudrun, Olivier and I. We were lucky this day to receive blessings from the big terma purba that contains the powerfull energy of Dorje Drolö. 

Concerning individual instructions, there was no pre established frame; it was adapted to each student. To someone, he could say that it's not necessary to do preliminary practices and to another say it's imortant for him (rare but it happened). Of course, if you began saying you don't want to do prostrations or to recite mantras, he would ask you: "What do you like to do? That. Od , then practice that."

Each moment, everything could become quite unusual with C. R. Lama. Once, in Paris, a former 3 years retreat student came for interview because since he came out of retreat,  he couldn't find any job and place to live. Rinpoche gave him a text of the short Drolö practice and told him that by practicing that, his problems would be solved. After the interview, the guy told me: "But I can't practice that. I didn't receive the wang, the lung, the tri, (initiation, the ritual reading and the instructions.).. It's not ok to do like that." I told him "Well.. Rinpoche IS Dorje Drolö. When he gave you this text, you received all transmissions. Try to do as he said." Then he left. We saw him the next year; he came to thank Rinpoche as all his problems had been solved as Rinpoche predicted. 

Another time, while we were retreating in Jura, Rinpoche took time to explain precisely the big Rigdzin's mandala visualisation. Among us was a guy strongly trusting and using his intellectual mind, an university teacher who was asking a lot of questions, very willing to understand well the visualisation. During more than one hour, Rinpoche's answers became more and more chaotic, contradictory, out of the point, and our guy was becoming more and more anxious, more and more pissed of, more and more red, more and more lost... Then, when the Pr had surrendered, lost all hope to get it, in a few sentences, Rinpoche gave an explanation clear and precise.

Nevertheless, C. R. Lama could teach in a very academic way, sometimes. Such was the first time I received the pointing out instruction, in Freiburg, before to go to India with him. At the right moment, he prayed all the masters of the lineage then took out a pure white cristal and a mirror from his bag and he introduced us to the nature of our mind, precisely following the instructions given in the commentary of the Gongpa Zangthal written by his master Tulku Tsullo. But most often, he introduced you in a more straightforward way; when he saw it was the right time, he stopped the puja, let us meditate for a while and then strongly shouted PHAT! A polish friend told me that it was what happened to him the first time he met Rinpoche. They were a group and were doing the big Rigdzin with him: at some point they stopped. "When he shouted 'PHAT', I felt my head had blown up. I was shocked, all concepts had dissapeared. At the end of the puja, Rinpoche asked if someone did feel something special but I was still so ovewhelmed that I couldn't even raise a hand."

 

Les enseignements de C. R. Lama étaient comme le personnage, imprévisibles. Bien sûr, tout ce qu'il faisait et disait était enseignement. Il pouvait vous faire rire, vous faire peur, vous séduire, vous choquer, sembler bavarder avec insouciance, mais tout cela, si vous parveniez à le recevoir honnêtement et vous poser les bonnes questions, avec un peu de clarté d'esprit, tout cela trouvait son sens dans une perspective de progrès spirituel, c'est à dire de dépassement du mental ordinaire, de travail sur votre ego omnipotent.

Il lui arrivait même de se moquer de lui-même à propos de l'enseignement. Lorsqu'il était l'heure de commencer, il disait souvent: "Ah! C'est l'heure d'aller faire mon blabla." C'était surtout le cas lors des conférences publiques. Peu importait le sujet, il pouvait parler de tout et de n'importe quoi. Je me souviens d'une conférence sur la médecine tibétaine dans la prestigieuse université parisienne de la Sorbonne. Il y était allé gaiement avec toutes sortes d'anecdotes sur sa vie, sa petite amie, son enfance au Tibet, les problèmes avec le gouvernement du Dalaï Lama à cette époque etc. Une fois que la moitié de la salle était partie, et en particulier le spécialiste français du sujet, il commença à parler de médecine tibétaine. 

Il faisait une distinction nette entre les enseignements "à propos de",  parler des heures sur un sujet donné vaguement dharmique, le blabla, dont la plupart du temps il ne nous reste rien le lendemain, et les instructions, qu'il donnait le plus souvent très concises. Et comme il ne précisait pas qu'il était en train de vous donner une telle instruction, c'était à vous d'être vigilant pour ne pas rater la perle qu'il vous offrait. Personnellement, il me dit à plusieurs reprises: "Médite sur l'impermanence; ainsi tu comprendras la vacuité. La vacuité est le nectar de l'impermanence." Bouché comme je suis, il dut me le répéter à plusieurs reprises pour que je me rende compte de l'importance de cette consigne. 35 ans après, je continue à travailler dessus, tant à un niveau extérieur (l'impermanence et la vacuité du monde extérieur), qu'à un niveau intérieur (l'impermanence de ce corps et des sensations du corps) et à un niveau secret (l'impermanence des pensées et des émotions dont l'extinction révèle cette présence fraîche, cette réalité immédiate) 

J'ai pu constater que quand quelqu'un avait vraiment besoin d'aide pour le Dharma, sa diligence et sa générosité étaient sans pareille. Quelques années après avoir reçu cette instruction, après avoir passé du temps en retraite à Tashiding, je redescendis chez Rinpoche près de Siliguri et lui expliquai qu'il s'était passé quelque chose là-haut et que je commençais à mieux entrevoir la vacuité des phénomènes extérieurs, mais qu'il en était tout autrement pour la vacuité du sujet. Il m'écouta sans rien dire puis nous passâmes à autre chose. Quelques mois plus tard, lors de sa tournée européenne,  il vint passer quelque temps à la maison. La première chose qu'il fit en arrivant fut de m'offrir un livre de Dudjom Lingpa, le Nang Jang, un livre facile à lire et où la vacuité est abordée sous tous ses aspects, en particulier dans la perspective dzogchen. Il me dit: "Tu m'as dit que tu avais encore du mal avec la vacuité; tiens, cela t'aidera à approfondir le sujet." Puis les jours suivants, à Nathalie, Gudrun et moi, il nous donna le lung (lecture rituelle) du texte afin que son étude soit plus bénéfique. Une autre fois, Gudrun, Olivier et moi eûmes la possibilité de nous rendre au Bhoutan pour la crémation de Dilgo Khyentse Rinpoche. Avant de nous y rendre, alors que nous étions chez Rinpoche, ce dernier nous fit la liste de tous les lieux sacrés qu'il serait bon que nous visitions une fois au Bhoutan. Et comme nous comptions pratiquer Dorje Drolö là-bas, en particulier à Paro Taktsang, mais qu'Olivier n'en avait pas reçu l'initiation, il nous en donna à tous les trois l'initiation. Ce jour là, nous eûmes la chance de recevoir entre autres la bénédiction de cette grande purba terma qui canalise l'énergie puissante de Dorje Drolö.

En ce qui concerne les instructions personnelles, il était intéressant de constater qu'il ne suivait pas un schéma pré-établi mais que c'était adapté aux besoins de chacun. A l'un il pouvait louer les bienfaits des pratiques préliminaires et dire au suivant que ce n'était pas nécessaire de pratiquer cela (rare quand même). Bien sûr, si vous lui disiez en préambule que vous ne vouliez surtout pas faire de prosternations, ou réciter des mantras, il se gardait bien de vous forcer à le faire. "Que veut tu pratiquer alors? Cela. Bien, alors pratique cela."

Tout pouvait à tout moment devenir non conventionnel. Une fois, à Paris, un ancien participant à la retraite de trois ans en Dordogne vint le voir parce que depuis la fin de sa retraite, il avait des problèmes pour retrouver du travail, gagner sa vie et trouver un logement. Rinpoche lui donna un exemplaire de la courte pratique de Dorje Drolö et lui dit qu'avec ça, les problèmes se règleraient. Après l'entretien, l'ex-retraitant me dit: "Mais je ne peux pas pratiquer ça. Je n'ai pas reçu l'initiation, la lecture rituelle, les instructions... Ca ne se fait pas comme ça." Je lui dis alors: "Rinpoche est Dorje Drolö. Quand il t'a remis le texte, il t'a donné tout ce qu'il faut pour pratiquer. Essaie de faire comme il dit" Et il partit. Nous le revîmes un an après. Il venait remercier Rinpoche car il avait retrouvé un bon job et un logement.

Une autre fois, alors que nous faisions une retraite dans le Jura, Rinpoche passa du temps à expliquer la visualisation du mandala de la grande Rigdzin. Dans l'assistance se trouvait un professeur d'université au mental particulièrement exacerbé. Il posait de très nombreuses questions et semblait inquiet de pouvoir comprendre précisément comment tout cela était élaboré. Pendant plus d'une heure, les réponse de Rinpoche furent de plus en plus confuses, contradictoires, à côté du sujet, et notre universitaire devenait de plus en plus inquiet, de plus en plus énervé, de plus en plus rouge, de plus en plus perdu... Et puis à la fin de la session, une fois que le Pr avait complètement perdu tout espoir de comprendre, en quelques phrases, Rinpoche donna une explication claire et précise au grand soulagement de notre ami. 

C. R. Lama pouvait néanmoins être très académique, parfois. Telle fut la première instruction de présentation de rigpa que je reçus, à Freiburg, avant de partir en Inde avec lui. Au moment opportun, il pria tous les maîtres de la lignée puis sortit de son sac un gros cristal de roche très pur et un miroir et il nous introduisit ainsi à notre nature propre, suivant à la lettre les instructions données par son maître Tulku Tsullo dans le commentaire du Gongpa Zangthal. Mais souvent, l'introduction se faisait de manière plus directe: lorsqu'il le jugeait bon, il arrêtait la puja, nous laissait méditer quelques instants en silence puis clamait brusquement et violemment un puissant "PHAT". Un ami polonais me racontait que c'est ce qui s'est passé lors de leur première rencontre, alors qu'ils faisaient la grande Rigdzin en groupe: "Lorsqu'il a crié PHAT; j'ai eu l'impression que ma tête explosait. Je suis resté abasourdi, toute notion conceptuelle avait disparu. A la fin de la puja, Rinpoche demanda si quelqu'un avait ressenti quelque chose de spécial mais j'étais encore tellement bouleversé que je n'ai pas pu ne serait-ce que lever la main. "