dimanche 27 décembre 2020

Don't meditate but don't part from it — Ne médite pas mais ne l'oublie pas

 







Space is never altered or changed; it never increases or decreases. Conditions like mist, fog, haze or clouds make it seem that space is changing. In the same way, our essence is fundamentally unchanging; the nature of rigpa cannot change. Only our dualistic thinking makes it seem to change. If you try to cultivate buddha-nature, that's just a concept. If you forget it, you are deluded. Once you recognize rigpa, the way to progress or put it into practical experience is through neither meditating upon it nor forgetting it. If you meditate, it is conceptualized; if you forget it, it is delusion. Practice uncultivated nondistraction...

...Not cultivating or meditating means that you don't have to cultivate space by meditating upon it. Try to think of space: can you think of space without it being anything except a concept — without meditating, yet without parting from it? It is an empty, awake state: that's it.




Le ciel/espace* n'est jamais altéré ou modifié; il n'augmente ou ne diminue jamais. Les conditions comme la brume, le brouillard ou les nuages donnent l'impression que le ciel change. De même, notre essence est fondamentalement immuable; la nature de rigpa ne peut changer. Seule notre activité mentale dualiste lui donne une apparence de changement. Si tu essaies de cultiver la nature de Bouddha, c'est juste un concept. Si tu l'oublies, tu es dans l'égarement. Une fois rigpa reconnue, la manière de progresser ou de mettre cela en pratique expérientielle consiste ni à méditer dessus, ni à l'oublier. Si tu médites, c'est conceptualisé. Si tu l'oublies, c'est l'égarement. Pratique la non-distraction non fabriquée...

Ne pas cultiver ou méditer signifie que tu n'as pas à cultiver l'espace en méditant dessus. Essaie de penser à l'espace: peux-tu penser à l'espace sans qu'il ne soit autre chose qu'un concept — sans méditer et cependant sans t'en séparer? C'est un état vide, conscient: c'est ça.

* Ciel et espace sont désignés par le même terme tibétain. Dans l'exemple où l'on parle de brume ou de nuages, mieux vaut donc traduire par ciel, puis par espace quand il s'agit de l'esprit lui-même.




Tulku Urgyen

Aucun commentaire:

Publier un commentaire